Première Fois Mémorable Dans un Village Africain

Mon grand-père a été adopté et élevé à Aného, au sud du Togo en Afrique de l'Ouest. Il a vécu à Lomé, la capitale, près de sa famille adoptive pendant la plus grande partie de sa vie. Il est né dans un village typiquement africain appelé Kouma Tokpli, dans la région des Plateaux au Togo. Il a eu 24 enfants, et mon père était le plus jeune. Tous ses enfants connaissaient ses origines, mais seuls quelques-uns entretenaient des relations avec leur famille de sang.

Le fait que mon grand-père ait été adopté peut sembler un détail, mais cela a changé ma relation avec l'Afrique ; d'une certaine manière, cela a aussi changé ma vie. Si je n'avais pas de parents dans le petit village de Kouma Tokpli, je n'aurais peut-être pas rencontré tous les personnages qui m'ont fait aimer l’Afrique.

Sur la Route de Kouma Tokpli

Pendant mon enfance, j'ai passé plusieurs vacances d'été au Togo. Une fois, une tante qui n'avait jamais rencontré le côté de la famille de mon grand-père a décidé de nous emmener, ma sœur et moi, avec sa fille, dans le village de mon grand-père, Kouma Tokpli. Nous avons donc parcouru 130 kilomètres en voiture de Lomé à Kouma Tokpli. À l'époque, je n'avais jamais visité cette partie du Togo, ni aucun autre village africain. Les paysages sur le chemin étaient magnifiques. De Lomé, les cocoteraies laissent place à de vastes plaines d'herbe haute parsemées de grands arbres. En approchant de Kpalimé, la végétation devient de plus en plus verte, et de petites montagnes s’élèvent à l'horizon.

Nous traversons rapidement Kpalimé et arrivons au pied d'une chaîne de montagnes. Au début de l'ascension, la route est bordée de manguiers centenaires plantés par les colons allemands. La vue est grandiose, les arbres semblent former une haie d'honneur pour nous accueillir. Au fur et à mesure de notre ascension, à travers la forêt protégée de Missahoe, la végétation devient dense et luxuriante. Nous passons une petite chute d'eau et atteignons le poste de contrôle de la police. Nous leur indiquons notre destination et ils lèvent la barrière pour nous laisser passer. Nous continuons l'ascension, et la route goudronnée débouche sur une piste de terre rouge ocre, couverte de rochers et de trous, qui font trembler la voiture dans tous les sens pour notre plus grand plaisir.

Retrouvailles Familiales

Enfin, nous voyons un panneau indiquant que nous sommes arrivés à Kouma Tokpli. Alors que nous roulons dans la rue principale, nous regardons les villageois qui nous regardent en retour, nous demandant qui parmi nous est le plus surpris de ce que nous voyons. Nous passons devant une église presque en ruine. Plus loin sur la route, nous pouvons voir les maisons des villageois, qui semblent petites et simples. Nous nous arrêtons à ce qui semble être le centre du village. Un grand arbre procure de l'ombre aux personnes âgées assises en dessous, qui nous observent. Très vite, plusieurs villageois se rassemblent autour de nous. Ma tante leur explique que nous sommes descendants de Josiah, mon grand-père. Ils comprennent immédiatement qui nous sommes, et l'un des villageois nous guide vers la maison du plus ancien de nos parents, Nakutsi.

Nakutsi se tient devant sa maison, tenant sa canne. Il a l'air très vieux et frêle, enveloppé dans un tissu traditionnel avec son épaule droite découverte. Nous le saluons et il nous invite à entrer dans sa petite maison, faite de terre et de ciment. Nous nous asseyons tous sur un banc dans la pièce principale. Lui et les autres villageois s'installent sur un autre banc. Le peuple Ewe parle la langue Ewe, qui est similaire mais pas identique à la langue Mina parlée sur la côte et que nous parlons. Nous comprenions donc à peu près tout ce que disent les villageois.

Cérémonie de Bienvenue

"Woezon !" s’exclame notre parent. Nous répondons en chœur : "Yo !" Et c'est ainsi que la cérémonie de bienvenue commence. Nakutsi nous demande comment vont les gens de notre maison, les gens de Lomé, ainsi que les gens du Pays des Blancs. Nous répondons en chœur que tout le monde va bien. Quelqu'un apporte de l'eau dans une tasse métallique et l'a donne à Nakutsi. Il renverse un peu d'eau sur le sol pour les ancêtres et boit ensuite un peu. Il passe la tasse à ma tante. Elle en prend une gorgée et la donne à mon oncle. Quand c'est mon tour, en portant la tasse à ma bouche, je me rends compte que l'eau est un peu marron. Je prends une gorgée à contrecœur et je passe la tasse à ma sœur. Elle regarde l'eau et chuchote à ma tante que l'eau est marron. Ma tante souri et lui dit de juste mouiller ses lèvres avec l'eau si elle ne veut pas la boire. Elle obéit, faisant une grimace, ce qui fait rire tout le monde. Ensuite, Nakutsi fait un bref discours pour dire à quel point il est heureux de voir sa famille. Il nous remercie d'être venus de si loin pour lui rendre visite, et il dit que notre présence signifie que nous n'oublions pas notre famille, ce qui compte beaucoup pour lui. Nous le remercions en retour de son hospitalité. African villages across the continent.

Rencontre Avec les Enfants

African village: walk in the Missahoe forest
Enfants marchant dans la Forêt de Missahoe

Une fois la cérémonie terminée, nous quittons la maison et nous nous promenons dans le village. Souvent, dans les villages africains, un grand groupe d'enfants se forme autour des visiteurs. Ils nous suivent, et nous engageons bientôt une conversation avec eux. Il y a beaucoup d'enfants de tous âges. Ils sont tellement excités que nous comprenons à peine ce qu'ils disent. À notre grande surprise, ils nous disent qu'il y a une piscine appelée "le sous-marin" près du village et nous demandent si nous voulons y aller. Douteux mais ravis, ma cousine, ma soeur et moi acceptons l'offre. Nous les avertissons que nous n'avons pas apporté nos maillots de bain avec nous. Ce n'était pas un problème pour eux.

Cascades et Piscine Naturelle dans la Forêt de Missahoe

Nous les suivons à travers le village, puis une route, et nous nous engageons sur un petit chemin dans la forêt. Ils se promènent pieds nus ou avec des tongs usées. Nous portons des baskets, mais les enfants sont beaucoup plus agiles que nous pour franchir les obstacles qui se trouvent sur notre chemin. Alors que nous nous enfonçons dans la forêt, ma cousine, ma soeur et moi nous regardons et nous nous demandons quel genre de piscine peut être cachée dans les bois et cela nous fait rire. Après dix minutes, nous quittons le chemin principal pour prendre un virage à gauche vers un chemin plus petit où l'herbe haute nous chatouille les jambes. En descendant le chemin, parfois raide, nous entendons le bruit de l'eau qui coule de plus en plus fort.

Nous arrivons finalement sur la rive d'une petite rivière au débit modérément rapide, avec plusieurs mini chutes d'eau. Au bas de l'une d'entre elles, la rivière, entourée de rochers, forme une piscine naturelle. Les enfants du village sont très excités et crient que c'est la piscine, "le sous-marin". Ils sautent tous dans l'eau, éclaboussant tout autour. En tant qu'adolescents de culture occidentale, nous rions de ce qu'ils appellent une piscine. Nous n'osons pas entrer dans l'eau, et nous utilisons l'excuse de ne pas avoir nos maillots de bain. Nous regardons les autres enfants s'amuser.

Au bout d'un moment, ils sortent de l'eau et nous conduisent vers une autre attraction. Après une marche de cinq minutes, nous arrivons au pied d'une belle chute d'eau de cinq mètres de haut. Encore une fois, ils sautent tous dans l'eau et se retrouvent bientôt sous la chute d'eau, criant et hurlant tout en résistant à la force de l'eau. Une fois de plus, nous les observons rire et jouer, en admiration.

Enfants jouant dans la piscine naturelle

Mon Enchantement de la Vie dans les Villages Africains

C'était il y a longtemps ! Je suis allé plusieurs fois à Kouma Tokpli par la suite, en faisant de nouvelles découvertes et en me faisant chaque fois plus d'amis - je connais maintenant tout le village. Chaque fois que je viens, je rencontre ma famille et mes amis ; je reste plusieurs jours, apprenant à connaître leur mode de vie et leurs habitudes. Quand je suis là, j'oublie tout. Je mène une vie traditionnelle de village africain proche de la nature. Cela profite à mon corps et à mon âme. Je quitte toujours le village en me sentant rajeuni, plein d'énergie et prêt pour la suite. C'est la magie de l'Afrique et la raison pour laquelle je l'aime tant.

Written by Thierry Sanvee

Thierry Sanvee is the founder of the tour operator Meet Africa. He designs custom tours in West Africa. He creates genuine experiences that will inspire you. Schedule a free consultation with him and start planning your fantastic voyage!

Partagez ce Post sur les Réseaux Sociaux